Conf PME PMI_speakers DSCF6715

Conférence ATEL PME/PMI organisée ce 7 juin 2018 dans les locaux de BDO à La Cloche d’Or

Cette année l’ATEL avait décidé d’aborder trois différents sujets d’actualité à l’occasion de sa conférence PME/PMI.

 

(1) Le premier sujet était de voir comment l’intelligence artificielle était en train de transformer le monde du recrutement. La société Skeeled a présenté quelques exemples pratiques du recours à des machines pour faciliter et optimiser le recrutement. L’intelligence artificielle (i.e. IA) peut aider le recrutement dans les domaines suivants : la recherche de candidats, l’analyse des CV’s, les tests de pré-embauche, la vérification des antécédents des employés, l’analyse des vidéos et des compétences verbales et non verbales des candidats et enfin les « chatbots ».Grâce à ces outils IA on peut désormais scanner les CV’s en ligne ou via les réseaux sociaux, automatiser le processus, supprimer les biais humains de pré-sélection et enrichir les profils. On peut aussi analyser et suivre les candidatures par le recours aux machines. Les CV’s scannées sont triés, évalués et poussés éventuellement vers l’étape suivante. Les tests de pré-embauche pourront être effectués par des jeux de neuroscience intelligents pour détecter les fraudes, mieux déterminer les profils psychologiques des candidats et les machines pourront s’auto-alimenter avec les résultats passés et même faire une analyse comparative selon la fonction. Un point délicat et fastidieux reste la vérification des antécédents. Là encore les machines feront cela automatiquement et à l’avance pour éviter toute perte de temps. Les expériences professionnelles seront mises en parallèle avec les profils sur les médias sociaux. Aujourd’hui, les recruteurs utilisent la vidéo. Mais la machine pourra analyser elle-même les vidéos et exploiter les résultats. Les éléments imperceptibles sur le CV pourront ainsi être mis en évidence. L’idée est ici encore d’éviter les filtres humains qui peuvent parfois être contreproductifs. Enfin, les « chatbots » permettront d’augmenter l’image de l’employeur, d’enrichir les profils en ajoutant des remarques et réponses aux questions. On peut en conclure que le recrutement va être facilité, optimisé et plus rapide avec l’aide de ces nouveaux outils.

(2) Dans un même ordre d’idée, BDO a présenté la dématérialisation de la paie et de la transmission des données et informations aux employés. Il s’agit d’une question d’efficacité, de sécurité et de respect de la confidentialité d’informations par essence sensibles. Les processus sont de plus en plus « sans papier » afin aussi de minimiser l’intervention humaine et les risques d’erreur ou de perte de documents. Ce type d’outil ressources humaines est aussi accessible aux plus petites entreprises.

(3) Le nouveau règlement « RGPD » sur la protection des données à caractère privé, en application depuis le 25 mai 2018, reste un défi pour les PME’s. Au travers du cas pratique de RTL Group, le « Compliance Officer » nous a expliqué comment une grande entreprise a géré et mis en œuvre ce règlement très contraignant. Cette matière austère par définition a été vulgarisée avec brio par l’orateur qui a expliqué les points-clés sur lesquels il fallait s’appesantir. Il faut démontrer que les données sont traitées de manière licite, loyale et transparente, pour une finalité déterminée, explicite et légitime. Enfin, les données doivent être conservées sous une forme qui permettent l’identification de la personne concernée et de pouvoir la restituer en cas de demande de cette dernière. Ce type de projet requiert de nombreuses ressources internes et externes, des outils informatiques (éventuellement), une cartographie exhaustive des données sensibles et comment les agréger et les restituer. Ce projet implique une excellente communication interne et un suivi continu pour assurer la conformité dans le temps, notamment en cas de contrôle du superviseur national. Il faut savoir que ce superviseur va lui aussi développer sa connaissance et faire des comparatifs avec ses confrères nationaux des autres pays européens. Cette matière est neuve, l’expertise va venir graduellement et le risque d’amendes au début sera léger mais se précisera au fil du temps. La route est longue et hélas ce type de projet n’est pas épisodique mais continuel.

La conférence s’est conclue sur une séance de questions-réponses pour permettre aux participants d’exposer leurs propres soucis et mieux comprendre comment les traiter. Cette conférence annuelle fut un succès et sera rééditée l’an prochain.

 

 

François Masquelier, Président de l’ATEL